Quand naturel ne rime pas avec facile

J’entends de plus en plus de femmes se plaindre qu’on leur a menti, qu’on les a arnaquées, qu’on leur a fait de belles promesses, mais mensongères.  Pourquoi ?  Parce qu’on leur a dit et répété que l’allaitement était naturel… et qu’elles n’ont pas trouvé ça facile !  Quel est le lien entre ces deux idées ?   Voilà, moi non plus je ne le vois pas !  En quoi le fait que l’on utilise l’adjectif « naturel » pour faire la promotion de l’allaitement mène ces femmes à croire que l’on entend par là que ce sera « facile » (entendre ici qu’elles n’ont pas besoin de s’y préparer) ?

Voyons la définition de l’adjectif  « naturel » en long et en large pour tenter de percer le mystère  :

1.  a. Qui appartient à la nature, qui en est le fait, qui est le propre du monde physique, par opposition à surnaturel.  (phénomène naturel)
b.  Qui est propre à la forme physique du monde, à son relief.  (les frontières naturelles d’un pays)

Ces définitions n’ont rien à voir avec l’allaitement, passons.

2.  a.  Qui donne une impression de vérité, de vraisemblance, de simplicité, d’aisance.  (un style naturel)
b.  Qui s’exprime ou agit selon sa nature profonde ; qui exclut toute affectation, toute contrainte.  (garder un air naturel)

Serait-ce cela ?  (définition A)  Mais une « impression » de simplicité n’est pas la simplicité, justement.  Ce serait alors que ces femmes confondraient apparence et réalité.
De toute façon, soyons honnête, ce n’est pas à cette définition du mot que les promoteurs de l’allaitement ont pensé.

3.   Qui est conforme à l’ordre normal des choses, au bon sens, à la raison, à la logique.  (il est naturel de s’entourer de garanties pour un tel achat)

Voilà une définition à laquelle je ne pense pas spontanément, à laquelle les défenseurs de l’allaitement n’ont certainement pas songé, mais qui a quelque chose d’intéressant.  J’adore l’idée que l’allaitement est naturel parce qu’il est conforme au bon sens, tout simplement !

4.  a.  Qui est directement issu de la nature, du monde physique, qui n’est pas le fait du travail de l’homme, par opposition à artificiel, synthétique.  (Gaz naturel)
b.  Qui est fait uniquement à partir de produits bruts, sans mélange avec quelque chose d’artificiel, de synthétique. (jus de fruits naturel)

Ici, on tombe pile sur l’une des qualités de l’allaitement que l’adjectif « naturel » tente de faire valoir :  le lait maternel est naturel parce qu’il ne subit aucune transformation humaine, parce qu’il ne contient rien d’artificiel ou d’ajouté.

Difficile de nier un telle supériorité du lait maternel sur les préparations lactées, dont les manipulations multiples entraînent des risques de contamination volontaire ou involontaire (rappelons-nous le lait à la mélamine en Chine), sans parler de la qualité des ingrédients ajoutés (huile de palme), et même de l’ingrédient de base (lait de vache).

5.   Qui appartient à la nature physique des hommes, aux fonctions de l’organisme. (les défenses naturelles de l’organisme)

L’allaitement est effectivement une fonction biologique du corps de la femme.  Rien à ajouter à cette plate évidence.

6.    a. Qui tient à la nature humaine, qui est imposé par la nature en tant que principe.  (inégalités naturelles et inégalités sociales)
b.  Qui tient à la nature d’un homme, qui n’a pas été acquis ou modifié.  (une bonté naturelle. Ce n’est pas la couleur naturelle de ses cheveux)

En ce sens, « naturel » s’oppose souvent à « culturel »  (Qui relève des acquisitions sociales, du milieu dans lequel on vit, par opposition à ce qui est inné, héréditaire).  Les inégalités sociales, les modes de vie sont des acquis sociaux. 

Au Québec, le biberonnage est un mode de vie, pour ne pas dire une mode tout court :  il est culturel.  À certaines époques, le recours systématique à une nourrice chez les riches était aussi une tendance culturelle.  À l’opposé, l’allaitement est naturel parce qu’il est le fait de l’être humain en tant que mammifère.  Il est la norme partout où la culture ne l’a pas abolie.

À notre époque où un nombre grandissant de personnes tentent de renouer avec la nature, s’inquiètent de l’environnement, recyclent, essaient de manger des ingrédients « vrais », prôner le caractère naturel de l’allaitement, ça ne devrait être vu que comme mettre en relief le fait que, contrairement aux préparations lactées et au biberonnage qui va de pairs avec elles, l’allaitement n’est pas artificiel (et donc n’entraîne pas de pollution, de déchets), ni culturel (qu’il n’est pas une mode qui va vite passer).

Pour en revenir à la facilité, elle pourrait être au rendez-vous si plus de cent années de biberonnage n’avaient pas fait disparaître ce savoir des femmes.  Si chacune de nous avait vu sa mère et des dizaines d’autres femmes allaiter durant son enfance.  Si au lieu de donner le biberon à nos poupées, nous les avions tenues contre notre poitrine.  Si les médecins et les infirmières connaissaient vraiment l’allaitement et donnaient de bons conseils pour partir du bon pied à la maternité de l’hôpital.

Il ne reste plus qu’à espérer que cela sera effectivement facile, plus facile, pour nos filles.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s