Coup de coeur pour Antoine devient grand frère

La littéraire que je suis avait l’envie d’une bibliothèque bien fournie pour ses petites amours.  Et la conviction que la lecture est un cadeau à leur faire quotidiennement aussi.

Chez moi, des livres pour enfants, il y en a beaucoup, beaucoup.  Notre collection va des classiques (Le petit Chaperon rouge, Le vilain petit canard, Hansel et Gretel, Boucle d’Or et les trois ours…) aux contes adaptés et autres histoires relatées par Disney (Cendrillon, Blanche-Neige, La Belle au bois dormant, Bambi, Le Roi lion, Le livre de la jungle, toute une panoplie d’histoires mettant en vedette Winnie l’Ourson…), en passant par les fantaisistes Monsieur Madame, les incontournables livres à 365 histoires à raconter avant le dodo, deux livres de contes de Noël, plusieurs imagiers cartonnés et une dizaine de numéros du magazine Pomme d’Api.

Tout ça, c’est fantastique !  Ça nourrit l’imaginaire et les discussions, ça nous fait de beaux moments collées-collées avant le dodo.

Or, mes filles sont friandes (comme bien des tout-petits) de ces personnages d’enfants auxquels elles peuvent s’identifier, qui vivent les mêmes petits défis quotidiens qu’elles.  De ces livres-là, elles en voudraient davantage.  Et là, ça ne va pas !  Pas du tout !

Je suis souvent (pour ne pas dire constamment) découragée, voire choquée, par les valeurs véhiculées indirectement par le biais des images et du texte des livres du type « apprentissage de le vie » destinés aux tout-petits :  Chez Caillou, Mousseline est nourrie au biberon et on se gave de mousse au chocolat, Cajoline doit absolument faire dodo dans son lit, abandonner sa suce et aimer la garderie…  Titou, encore, c’est sûrement le moins pire du lot et, tout de même, le bouquin où il va chez le médecin est un véritable lavage de cerveau en faveur de la vaccination.  Le tout manque d’amour, de maternage de proximité, d’alimentation saine… bref, je n’arrive pas à me résigner à montrer à mes filles des comportements qui vont à l’encontre des valeurs que je tente de leur inculquer, à leur donner en exemple un mode de vie qui me déplaît.

Mais miracle !  Alors que j’étais presque complètement désillusionnée, voilà que je me fais recommander ce petit album, Antoine devient grand frère.  Merci, merci mesdames !  Voilà un véritable baume sur mon coeur de maman proximale et un succès instantané auprès de mes filles !

C’est le bouquin idéal à offrir à un enfant dont la maman attend un bébé.  C’est enfin un livre où l’allaitement d’un nouveau-né est présenté positivement à l’enfant.  J’ai beaucoup aimé la façon d’aborder la résolution de certaines situations, comme les pleurs du nouveau-né, qui donnent à Antoine et son papa l’occasion d’aller faire une balade à vélo.  Ma petite Frimousse, elle, ne se lasse pas de la page où Antoine est bercé par sa maman, qui n’oublie pas de lui garder des petits moments juste à lui : « g’and ga’çon câlin maman ! », qu’elle s’exclame joyeusement chaque fois !

Je n’en dis pas plus.  J’ai en fait déjà presque tout dit.  Car Antoine devient grand frère, c’est juste ça et tout ça à la fois.  C’est mon coup de cœur littéraire de l’automne !

D’ailleurs, je suis un peu déçue de constater que c’est une étoile filante, une oeuvre isolée.

À quand une série d’albums pour enfants mettant à l’avant-plan, en plus de l’allaitement, le portage, le cododo, et même le lit familial, les couches lavables, et même (pourquoi pas?) l’hygiène naturelle infantile, valorisant l’alimentation saine, l’éducation bienveillante, etc. ?  Une série d’albums sans biberon, purées données à la cuillère, chaise vibrante, sauteuse, couchette à barreaux, etc. ?

À quand, bref, une série d’albums pour enfants conçue pour les familles proximales ?

*Côté, Burn, Gendron (textes) et Michaud (illustrations), Antoine devient grand frère, Les éditions du soleil de minuit, 1999.

Advertisements

6 avis sur « Coup de coeur pour Antoine devient grand frère »

  1. J’ai fait moi aussi une belle trouvaille à la bibliothèque cette semaine. 2 livres : « Moi j’préfère ma mère » et « Moi j’préfère mon père » d’Hélène Savard-Huot aux éditions Caméléon. J’ai adoré! 🙂 Ça commence comme ceci :
    Première page : bébé avec une cuillère et une assiette la langue sortie
    Quand j’ai eu une dent, tante Claire m’a acheté une assiette et une cuillère…
    et dans l’autre page à côté : bébé avec un sein en bouche les yeux rieurs
    Mais moi j’préfère ma mère!
    🙂 Dans « Moi j’préfère mon père », il y a même le papa qui raconte une histoire en faisant du peau à peau! Wow!!!

  2. Il y a en fait pas si peu de livres pour enfants parlant d’allaitement etc, il y a une belle liste sur le blog de mamanana notamment

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s